CHRONIQUES

Silvia MORENO GARCÍA

MEXIQUE-CANADA

Nés en Basse Californie, au Mexique en 1981, Silvia Moreno García vit actuellement au Canada. Elle a publié une dizaine de romans de science fiction, d’horreur et de fantasy. Mexican gothic a obtenu plusieurs prix internationaux.

Mexican gothic

2020 / 2022

Mexico, années 1950. Noemí, l’héroïne de ce roman doucement inquiétant au titre tellement commercial qu’il en devient assez ridicule (et risque de faire fuir des lecteurs amateurs de bonne littérature gothique), est une jeune fille qui vit la vie dorée des étudiants fêtards de la capitale, quand son père lui demande instamment d’aller rendre visite à sa cousine Catalina qui vit dans une espèce de manoir victorien isolé dans la sierra depuis son récent mariage avec Virgil Doyle, héritier ruiné d’une famille d’origine anglaise qui avait exploité une mine d’argent. Noemí se rend donc sur place et découvre un bâtiment sinistre, froid, humide, inhospitalier, habité par une famille tout aussi sinistre, et une Catalina prostrée et sombre.

En essayant de comprendre ce qui est arrivé à sa cousine, Noemí se trouve piégée dans le château, observée quoi qu’elle fasse, jugée quoi qu’elle dise. Quelle est la mystérieuse maladie dont souffre Catalina, quelle est l’origine des cauchemars qui l’assaillent et qui commencent à assaillir Noemí aussi ? Pourra-t-elle apporter un réconfort, un remède à la jeune mariée ?

Silvia Moreno García utilise très intelligemment les codes du roman d’horreur. Après l’arrivée de Noemí au manoir, avec la scène traditionnelle, celle qu’on retrouve telle quelle dans tous les romans d’horreur et, subtilement, tout doucement, elle fait avancer son récit sans grands cahots apparents mais en se saisissant de ses lecteurs pour les placer exactement dans la position de l’héroïne : on entre dans le roman comme Noemí dans le château, et on a autant de difficulté qu’elle à en ressortir.

La jeune femme remarque de jour en jour des mystères nouveaux, souvent discrets, qui peut-être réapparaitront, plus pesants, qui se lieront à d’autres, tout s’enchaîne naturellement, une maladie épisodique, une tombe monumentale sans épitaphe… Serait-ce le manoir qui serait maléfique ? Ses habitants ?

Les amateurs de fantastique et d’horreur ne seront pas déçus, Silvia Moreno García conduit son récit avec une jolie maîtrise, jouant sur les normes du genre tout en s’en écartant souvent :  on a l’impression d’être dans un monde connu, celui d’un Dracula du XXème siècle, un Mexique un peu décalé, mais des regards ambigus, des traces de moisissure sur les murs de la demeure (les dessins du papier peint auraient-ils remué ?), troublant l’héroïne qui pourrait soudain être devenue somnambule.

Entrons dans le mystère angoissant, angoissons-nous, tremblons, soyons heureux !

Mexican gothic, traduit de l’anglais (Mexique) par Claude Mamier, éd. Bragelonne, 349 p., 18,90 €.

Silvia Moreno García en anglais : Mexican Gothic, ed. del Rey Books.

MOTS CLES : MEXIQUE / CANADA / HORREUR / FANTASTIQUE / PSYCHOLOGIE / SOCIETE / EDITIONS BRAGELONNE.

Si on a aimé Mexican gothic la lecture de Notre part de nuit de Mariana Enríquez s’impose ! Voici mon commentaire :

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez être informé des nouveautés en rapport avec l’Amérique latine et la zone Caraïbe publiées en France ?

ABONNEZ-VOUS !

C’est gratuit, il vous suffit d’indiquer (en bas sur la colonne de droite de cette page) votre adresse mail.

Vous recevrez une notification à chaque publication sur AnnA, Americanostra/nos Amériques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s