CHRONIQUES

Roberto MONTAÑA

URUGUAY

Roberto Montaña est né en 1963 à Montevideo. Après des études de Philosophie et de Lettres, il se consacre à l’écriture. Il vit à Buenos Aires.

Rien à perdre

2021

La cinquantaine un tant soit peu décadente, trois Argentins, ex copains de lycée se retrouvent pour passer quelques jours en Uruguay. Ils ne se sont pas revus depuis des décennies, n’ont rien en commun si ce n’est le nombre d’années passées sans se voir. Le dénommé González, qui préfère qu’on l’appelle Wave, son nom de scène, a invité le Nerveux et Mario, qui a une voiture, une vénérable Taunus, qui pourra les transporter.

La femme du premier vient de lui annoncer qu’« elle avait quelqu’un », celle du deuxième l’a menacé de divorcer et de lui enlever leur fille, et celle du troisième est sa mère, du genre envahissant. La joie n’est pas franchement au rendez-vous et ça se gâte au moment de passer la frontière uruguayenne, avec un moment de panique incompréhensible de Wave, qui s’explique quand on sait que l’invraisemblable imperméable qu’il ne quitte pas contient plusieurs kilos de drogue qu’il est chargé de livrer discrètement à Cabo Polonio, repaire de bobos et de hippies.

Tout fait peine à voir, l’état déplorable de la voiture, le moral des trois hommes et de la fille qu’ils prennent en stop, enceinte sur le point d’accoucher et qui va elle aussi faire des siennes. Mais tout fait sourire, les relations de Mario avec sa mère et sa Taunus, les sautes d’humeur du Nerveux et ses incohérences, la figure pathétique et ridicule de Wave, son maquillage (« j’ai mon image à conserver), l’eyeliner coulant plus souvent que ce qui serait acceptable…

On les accompagne, mi moqueurs, mi compatissants, sous l’image qu’ils veulent donner on voit les hommes, entre deux âges mais penchant dangereusement vers le troisième ! Des hommes qui malgré les petites trahisons, les moqueries, les rosseries, restent attachants parce que vivants. Leurs dialogues sont savoureux et l’ascension finale symbolique d’une certaine vision de la destinée humaine.

Rien à perdre, traduit de l’espagnol (Uruguay) par René Solis, 160 p., 18 €.

MOTS CLES : URUGUAY / ARGENTINE / AVENTURES / PSYCHOLOGIE / HUMOUR / SOCIETES / ROMAN NOIR / EDITIONS METAILIE.

Cette « épopée » uruguayenne par des Argentine peut faire penser à une autre aventure, celle de Lucas Pereyra, le héros de L’Uruguayenne de Pedro Mairal (éd. Buchet-Chastel), drôle et touchante expédition sur les mêmes territoires et avec un humour semblable. Mon commentaire sur le roman:  

Pedro MAIRAL

CHRONIQUES

Gabriela CABEZÓN CÁMARA

ARGENTINE

Gabriela Cabezón Cámara est née en 1968 dans la province de Buenos Aires. Après des études de Lettres, elle écrit ses premiers récits courts avant de publier deux romans, tous deux traduits en français aux éditions de l’Ogre. Parallèlement à sa création littéraire, elle est une militante féministe et LGBT en Argentine.

Les aventures de China Iron

2017 / 2021

(Martín Fierro est un  des grands classiques de la littérature argentine, souvent considéré comme l’œuvre fondatrice, un poème d’environ 2300 vers écrit par José Hernández qui met en scène un gaucho recruté par la force pour combattre les Indiens. Une fois démobilisé il se retrouve abandonné par sa famille et devient hors la loi décidé à combattre les injustices).

Quand commencent Les aventures de China Iron, la China vient d’être abandonnée par son gaucho de mari, Martín Fierro, littéralement enlevé pour aller lutter contre les Indiens. Elle a 14 ans et manque d’à peu près tout, sauf de noms : la China (c’est-à-dire l’Indienne), Joséphine, Iron, Star ? Ce sera China Iron, puisque son mari s’appelait Fierro. Elizabeth (Liz), une belle Anglaise rousse a vécu elle aussi la disparition de son mari pris comme Martín Fierro par la conscription. Elle va se charger de l’éducation de China.

La jeune fille apprend ainsi que la Terre est ronde, qu’on peut découvrir des saveurs bizarres venues de continents lointains, que la lointaine Londres est une merveille et qu’il y a des lieux dans le monde où il pleut presque tout le temps, contrairement à la pampa qu’elles traversent à la recherche du mari anglais. L’amour naît entre elles, un amour fait de respect et de tendresse. Au milieu de cette pampa plate et ocre, Liz fait vivre son Angleterre verte et insolente par ses récits, par ses mots qui se mêlent à un espagnol hésitant.

Ce qu’apprend surtout China c’est l’harmonie qui existe entre les hommes, les animaux et la nature en général, vieille sagesse indienne dont nous nous sommes tous éloignés, même elle, et qui lui apparaît dans toute son évidence. Gabriela Cabezón Cámara nous fait cadeau de superbes descriptions de paysages, de rencontres, de mouvements. Elle apprend aussi que dans le monde rien n’appartient à personne (terres, animaux, enfants, adultes) et donc que tout est à tout le monde.

Accompagnées fidèlement par Rosario, un jeune gaucho orphelin en demande de protection et d’affection et par Estreya, chiot adopté lui aussi, les deux femmes vivent la vie errante des gauchos, les périodes de sécheresse qui précèdent et suivent des pluies qui transforment la pampa en bourbier. Souvent jaillissent des geysers de poésie, toute la beauté sévère de l’immense plaine devient naturelle, inattendue et évidente.

Nul besoin de ces hommes frustres, ceux du Martín Fierro, Liz et China se suffisent bien et Rosario, toujours présent n’est pas un homme frustre, il est simplement une personne, discrète et amicale, un peu comme Estreya, ce qui n’est nullement méprisant, chacun a sa place et toute idée de supériorité et donc d’infériorité n’a pas lieu d’être dans cette communauté réduite mais si riche : même leurs animaux, les vaches qui les accompagnent, savent aimer à leur manière.

La longue marche, ce qu’apprend China, connaissances, tendresse, sensualité, devient un hymne à l’harmonie universelle, celle de la nature, les mots et les phrases de Gabriela Cabezón Cámara transfigurent les banalités visibles (la pampa n’est pas un paradis terrestre dans la réalité) en sources de vie et de bonheur.

Les aventures de China Iron, traduit de l’espagnol (Argentine) par Guillaume Contré, éd. De l’Ogre 254 p., 20 €.

Gabriela Cabezón Cámara en espagnol : Las aventuras de la China Iron, ed. Penguin Random House. / La virgen Cabeza

Gabriela Cabezón Cámara en français : Pleines de grâce, éd. De l’Ogre., ed. Eterna Cadencia, Buenos Aires.

MOTS CLES : ARGENTINE / LITTERATURE / FEMINISME / AVENTURES / SOCIETE / POESIE / EDITIONS DE L’OGRE.

CHRONIQUES

Paula ANACAONA – Claudia AMARAL

Paula Anacaona est directrice des éditions Anacaona, traductrice et auteure.

D’origine brésilienne, Claudia Amaral vit à Paris, elle est photographe et collabore comme dessinatrice à plusieurs magazines.

1492, Anacaona l’insurgée des Caraïbes

2020

Bien avant que les Espagnols prennent possession de l’Empire aztèque (1519 – 1521), Christophe Colomb (ou Cristóbal Colón), après avoir mis pied à terre sur l’île d’Ayiti (Haïti) découvre une terre qu’il croit prometteuse et des peuples qu’il juge primitifs. Entre 1492 et 1500, et avant une toute dernière expédition, il effectue trois allers-retours avec comme base Ayiti.

Comment raconter l’arrivée de Colón et des Européens sur les îles, à l’Est du continent américain (dont il ne connaîtra jamais l’immensité) de façon complète, originale et ludique ? C’est ce qu’a cherché à faire Paula Anacaona et qu’elle a brillamment réussi.

L’auteure part de ce qui peut nous sembler des évidences, si on a déjà lu une Histoire de la découverte (découverte était le mot communément employé, quand on ne lui préfère pas celui de conquête) pour mieux rectifier ou nuancer.

Une voix féminine interrompt le récit proprement historique, celle d’Anacaona, une cacica, cheffe de la région qui couvre une partie d’Ayiti. Anacaona raconte avec douceur comment elle a vécu l’arrivée de ces étranges étrangers. Ainsi la vision « officielle » de ces premiers contacts, celle que tout Européen a apprise, est enrichie par la version « subjective », celle de l’autre camp, celle de la princesse curieuse de ce que lui offre son destin personnel. Peu à peu se manifeste la richesse de la culture des Indiens Taïnos que Colón n’a pas su reconnaître, aveuglé par cette supériorité qu’il considère comme naturelle, innée, indiscutable. En réalité, il est pris entre deux convictions contradictoires : mépriser ces populations sauvages et faire savoir au monde que sa découverte est prodigieuse, fondamentale.

Quant à la princesse (appelons-la ainsi, avec nos termes européens), elle est un témoin simplement curieux de ces êtres si différents (on ne les a jamais vus prendre un bain, leur odeur en est la preuve). Dans cet affrontement entre ces virilités étalées et cette féminité toute calme, ce n’est pas le mâle qui en sort moralement vainqueur, à l’image de l’affrontement entre Européens et Taïnos. Les libertés que prend Anacaona-princesse-narratrice, celle de s’adresser directement à l’autre narratrice, l’officielle, ajoutent un charme naturel, familier, amical à une lecture strictement historique, essentielle elle aussi.

Des dizaines d’illustrations réalisées par Claudia Amaral agrémentent la lecture, d’un style qui marie le réalisme, la poésie, une certaine (fausse) naïveté, une autre très belle réussite de ce livre qui devrait toucher un très vaste lectorat.

1492, Anacaona l’insurgée des Caraïbes, éd. Anacaona, 194 p., 22 €.

MOTS CLES : BRESIL / HISTOIRE / SOCIETES / PSYCHOLOGIE / AVENTURES / EDITIONS ANACAONA.

CHRONIQUES

Joca REINERS TERRON

BRESIL

Joca Reiners Terron est né en 1968 dans le Matto Grosso. Il vit à Sao Paulo. Il a publié une dizaine d’oeuvres narratives et trois recueils de poésie.

 La mort et le météore

2019 / 2020

« Les Européens n’ont pas l’exclusivité de l’assassinat, ils ne l’ont jamais eue, seulement de la cruauté ». C’est Boaventura qui prononce ces paroles, Boaventura au visage transpercé jadis par  une flèche – pas empoisonnée, heureusement – tirée par un Kaajapukugi. Les Kaajapukugi sont un des tout derniers, peut-être même le dernier peuple amazonien qui est resté intouché par l’extérieur (expéditions européennes ou même peuples voisins) et qui est sur le point de disparaître. Boaventura, étrange aventurier, veut les sauver et organise leur transfert (comment nommer ce déplacement dont on ignore s’il est accepté par ses « bénéficiaires » ?) vers la région d’Oaxaca, au Mexique, sur le territoire des Mazatèques, qui présenteraient certaines similitudes avec les « frères » amazoniens.

Les motivations de Boaventura sont assez complexes, il le reconnaît lui-même : besoin de savoir, et aussi de se mettre en avant, en se targuant d’être un découvreur, et puis désir de s’effacer en tant qu’homme « civilisé » pour se rapprocher en toute sincérité des « sauvages » en en devenant un.

On est dans un monde étrange : le Chili a disparu, recouvert par un Pacifique qui a débordé, on assiste en direct au décollage d’une fusée chinoise en partance pour Mars dans le but de peupler la planète rouge, Oaxaca est devenu un décor pour touristes et on est bien obligés de se demander si passé et futur ont une valeur quelconque. N’est-ce pas le tinsáanhán, la plante miraculeuse des Kaajapukugi qui guérit et plonge dans une douce brume qui abolirait le passage du temps ?

Joca Reiners Terron réussit par ses mots à recréer cette douce brume, la lecture devient une sorte d’évasion vers des zones bizarres très proches pourtant d’une réalité commune : comme le narrateur, on voit et on croit voir (des hommes, des arbres, des animaux… des formes).

Il préfère de loin ouvrir des horizons, poser des questions qu’y répondre, et ces questions sont vastes : la responsabilité individuelle (et collective : Boaventura n’est pas le seul à douter et à être douteux), les limites des sciences dites humaines, la communication entre les êtres, ce qu’on appelle le bien et le mal. C’est aussi la reprise d’un thème historique en Amérique latine, la civilisation et la barbarie. Si, à la fin du XIXème  siècle les intellectuels et les écrivains parmi eux avaient pensé avoir trouvé une réponse évidente, de nos jours Joca Reiners Terron est infiniment plus hésitant.

Le lecteur ressortira de cette lecture avec aucune certitude, c’est une des multiples richesses de ce roman inclassable, troublant.

La mort et le météore, traduit du portugais (Brésil) par Dominique Nédellec, éd. Zulma, 192 p., 17,50 €.

Joca Reiners Terron en portugais : A morte e o meteoro, ed. Companhia das Letras.

MOTS CLES : BRESIL / SOCIETE / PSYCHOLOGIE / AVENTURES / EDITIONS ZULMA

CHRONIQUES

Samir MACHADO de MACHADO

BRESIL

Samir Machado de Machado est né à Porto Alegre en 1981. Après des études de Littérature et de Publicité, il fonde une maison d’édition. Il est l’auteur de cinq romans et a obtenu plusieurs prix littéraires.

Tupinilândia

2018 / 2020

Walt Disney, grand initiateur d’un genre de distractions largement répandu dans le monde et inspirateur d’une bonne partie de la culture moderne, modèle pour les créateurs. Voilà  l’idée que le Brésilien Samir Machado de Machado utilise… pour mieux la pervertir ! Son vaste roman a tout d’un best seller nord américain : la longueur, le goût pour les détails, le suspense, l’aventure, une certaine violence maîtrisée, et pourtant !

Un magnat brésilien, héritier d’une longue tradition familiale d’entrepreneurs de travaux publics qui ne négligent pas les médias (le phénomène serait-il mondial ?), ébloui par le génie de Disney, se propose de l’imiter en faisant du 100% brésilien. João Amadeus Flynger, qui a eu l’énorme chance, enfant, de passer un ou deux jours avec Walt en personne, projette, en 1984, de créer un parc d’attractions au cœur de la forêt amazonienne : Tupinilândia.

Après un peu plus de vingt ans d’une des dictatures les plus cruelles du XXème siècle, les militaires sont en train de perdre leur pouvoir absolu, refusent dans leur ensemble cette triste perspective. Les soubresauts du retour vers une certaine démocratie se font sentir dans toutes les couches de la société brésilienne, la violence se déchaîne, des bombes explosent un peu partout.

Les débuts d’une dictature – militaire de surcroit – sont souvent sanglants. Les retours vers plus de calme se passent parfois dans l’euphorie et la joie, comme en Espagne, parfois dans une sorte de léthargie, comme au Chili où le dictateur finissant a réussi à endormir des générations entières par une propagande abrutissante mais efficace. Au Brésil, en 1984, la « transition » a été bien plus chaotique.

Le trait de génie de Samir Machado de Machado a été dans ce roman de faire coller cette période historique à une création imaginée par un très riche Brésilien fasciné par Walt Disney et par ses réalisations dont, entre parenthèses, la mégalomanie a dû s’arrêter brusquement à la mort de son démiurge (Orlando devait être complété par toute une « vraie » ville ! João Amadeus ne voit pas de limites pour concrétiser son rêve. Plus qu’un parc d’attractions, il construit tout un univers clos au cœur de la forêt amazonienne. Rien ne sera refusé, Tupinilândia sera à la pointe du modernisme, très écologique et, surtout, symbolisera le renouveau démocratique du pays. Le promoteur, en toute honnêteté intellectuelle, ne veut surtout pas, à l’opposé de beaucoup de ses confrères se compromettre avec qui que ce soit.

Samir Machado de Machado concrétise, d’une façon qu’on peut qualifier de ludique toute la problématique d’une transition aussi délicate : presque vingt ans d’un pouvoir d’une cruauté extrême ne peuvent s’effacer par la simple signature de quelques décrets. Les questions que doivent se poser João Amadeus et son chroniqueur officiel, Tiago, à propos des attractions du parc sont celles qui se posaient à l’échelle du pays tout entier.

Bientôt ce sera l’inauguration du parc. Tout y est merveilleux, un peu en toc bien sûr, mais merveilleux. Mais la perfection est-elle de ce monde ?

En jouant le jeu, avec ses figures imposées, du roman d’aventures nord-américain, Samir Machado de Machado en réussit un à la sauce sud-américaine, ce qui ne l’empêche pas de faire éclater le cadre, plus que de le détourner : on est constamment au cœur du parc sans perdre une certaine distance, une saine distance. Le lecteur français devra accepter quelques dizaines de pages, au début, qui situent le contexte historico-politique, très utiles pour l’éclairer mais qui peuvent sembler un peu arides, il ne doit pas lâcher : la récompense est proche et la découverte des merveilles du parc, les actions des personnages, très bien définis, leurs rapports parfois surprenants, risquent seulement de le rendre accro !

L’aventure se prolonge, en 2016, les restes de Tupinilândia, abandonné depuis des décennies, vont être engloutis par les eaux d’un immense barrage, un groupe de chercheurs retourne sur les lieux et l’inattendu refait surface, il faudra à nouveau se battre pour survivre, comme dans les romans et les films à succès des descendants de Walt Disney, mais on peut dire en étant sûr de ne pas se tromper que notre auteur brésilien fait bien mieux !

Tupinilândia, traduit du brésilien par Hubert Tézenas, éd. Métailié, 512 p., 23 €, version numérique 14,99 €.

Samir Machado de Machado en brésilien : Tupinilândia, ed. Todavia, São Paulo.

MOTS CLES : BRESIL / AVENTURE / POLITIQUE / HISTOIRE / DICTATURE / EDITIONS METAILIE.

Les lecteurs qui aimeront Tupinilândia et qui lisent en espagnol pourront se régaler encore avec Los hombres de Rusia du Mexicain Reinaldo Laddaga (éditions Jekyll & Jill, Saragosse, 2019) qui présente bien des points communs.

CHRONIQUES

Patrick DEVILLE

FRANCE

 

 

DEVILLE, Patrick

Né en 1957 près de Saint-Nazaire, après des études de littérature et de philosophie consacre son temps à voyager et à écrire. Une de ses sources d’inspiration principales est l’Amérique latine.

 

Amazonia

2019

Patrick Deville, on le sait, est un romancier reconnu et un grand voyageur. L’Orient, l’Afrique et l’Amérique latine font partie de ses destinations de référence. Il y a moins de deux ans, il a décidé de reprendre non la route mais le fleuve et, en compagnie de son fils Pierre, de remonter l’Amazone jusqu’au-delà de ses sources, puisque le parcours s’est achevé sur une île du Pacifique.

Cette remontée de l’Amazone ne se présente pas comme un banal récit de voyage, avec descriptions minutieuses, impressions et dialogues avec les gens rencontrés. Elle est un grand bric-à-brac, Patrick Deville ne dédaignant pas une certaine confusion, dans sa façon d’écrire comme dans les thèmes abordés. Si on veut bien franchir ce qui peut apparaître comme un obstacle pour un esprit rationnel, on découvrira nature et littérature, sentiments et sensations.

Il faut donc être armé d’une certaine culture historique et littéraire pour prendre place avec profit sur ce bateau, la Jangada et naviguer, non seulement sur le grand fleuve entre Santarém et Iquitos, mais aussi entre Montaigne et Milton Hatoum. Il faut aussi avoir d’emblée un rien de sympathie pour Patrick Deville, car il est bien le centre de ce « roman » (annoncé comme tel sur la couverture). Normal, il est l’auteur.

Tout comme les eaux de l’Amazone qui a besoin de dizaines de kilomètres avant d’accepter d’enfin se mêler à celles de ses principaux affluents, la prose de Patrick Deville coule tantôt paresseusement, tantôt en accélérant et mélange détails minimes et grands moments historiques, à l’image de tout voyage où l’on aura oublié le lendemain un fait qui nous avait marqués, croyions-nous, et où nous revient à la mémoire un événement tout à fait secondaire.

Le fil rouge du récit, ce sont les rapports père-fils, Patrick et Pierre remontent l’Amazone sans se quitter, et l’écrivain multiplie les parallèles, historiques et littéraires pour la plupart, avec sa propre situation, comme par exemple Theodor Roosvelt et son fils Karmit, ou Rudyard Kipling et son fils John. Mais l’impression qui demeure de ce long voyage est davantage une cohabitation amicale qu’une communion. Il y a bien quelques moments de complicité (l’échange de regards amusés à la fin de l’opéra entendu à Manaus, alors que le fils vient de tuer son père sur scène), mais dans l’ensemble les deux hommes  ne font que partager les conditions matérielles du voyage. D’ailleurs les deux protagonistes ne semblent pas en souffrir.

La pensée humaine, en liberté, n’épouse jamais la ligne droite, pas plus que l’Ucayali ou le Marañón avant qu’ils ne rejoignent l’Amazone, celle de Patrick Deville prend ces mêmes formes, fort heureusement, il ne faut pas attendre de ce livre un guide du routard ou un récit de voyage à la Théophile Gautier. La seule logique est la distance parcourue entre le départ et l’arrivée. À nous de nous laisser porter par les considérations historiques sur l’époque de la sanglante conquête, par l’épopée que fut le tournage d’un film, par le portrait d’un ami rencontré, par mille petits riens ou encore par ces détails inutiles ou obscurs (que peut bien être une « roue Ferris qui clignote jusqu’à minuit » ?? Allez, crachons le morceau : c’est une grande roue de foire !). Ce sont ces choses qui font tout ce qui demeure dans une mémoire.

En refermant Amazonia, on connaitra mieux les multiples expéditions sur un territoire qui a toujours, depuis sa « découverte », fasciné les Européens et motivé des hommes hors du commun, on saura qu’au début du XIXème déjà Humbolt avait tout compris de ce que serait l’évolution des sociétés des deux côtés de l’Atlantique, pour en arriver jusqu’à la triste situation dans laquelle nous sommes et nous serons.

Amazonia, éd. du Seuil, 304 p., 19 €.

 

MOTS CLES : ROMAN BRESILIEN / VOYAGES / HISTOIRE / AVENTURES / POLITIQUE / EDITIONS LE SEUIL

DEVILLE, Patrick Amazonia

CHRONIQUES

Luis MONTERO MANGLANO

ESPAGNE

 

MONTERO MANGLANO, Luis

Né en 1981 à Madrid, Luis Montero Manglano est l’auteur de plusieurs romans qui jouent sur l’histoire et l’aventure. Il est professeur d’histoire médiévale. La Cité des hommes saints est la troisième partie d’une trilogie.

La Cité des hommes saints  

2016 / 2019

Dernière partie d’une trilogie (La Table du Roi Salomon et  L’oasis éternelle), La Cité des hommes saints peut parfaitement se lire indépendamment. Un mystérieux manuscrit du temps des Wisigoths se trouve au cœur de ce roman, enquête policière et récit d’aventures. Tirso Alfaro, le narrateur, ex-enquêteur dans le Corps des quêteurs, une société secrète chargée de ramener en Espagne des œuvres perdues ou volées qui se sont retrouvées dans diverses parties du monde, fait maintenant partie d’Interpol.

Le lecteur retrouve son âme adolescente en lisant les aventures du manuscrit wisigoth. La vraisemblance est parfois égratignée, les coups de théâtre permettent des retournements de situations audacieux, les situations ressemblent à du Tintin du meilleur cru, on se laisse porter par des dialogues un peu naïfs… et on a envie de continuer ! La tentaculaire organisation internationale avec à sa tête l’éternel ennemi du Bien ne manque pas à l’appel. Elle se nomme Voynich et a l’apparence d’une multinationale très généreuse dans un certain mécénat culturel.

Peu avant la conquête musulmane, au VIIIème siècle, quelques moines espagnols auraient mis à l’abri les trésors wisigoths éparpillés sur la péninsule ibérique. Une légende prétend que ce trésor aurait été transporté quelque part en Amérique et qu’il dormirait dans une ville mythique, Cibola. Tirso Alfaro arrive à la conclusion que le site devrait se situer dans le petit État du Valcabado, entre la Colombie et le Brésil. Cibola, si elle existe, est la Cité des hommes saints, convoitée par les méchants de chez Voynich, bien sûr.

Après une première partie qui se déroule entre Londres et Madrid, nous voilà au cœur de la forêt équatoriale de ce pays inhospitalier qu’est, comme chacun sait, le Valcabado. Des Indiens parqués dans des réserves inhumaines et décimées par des épidémies et des décisions gouvernementales, une dictature très portée sur l’appât du gain, de l’argent obtenu grâce à la générosité de multinationales elles-mêmes peu regardantes ou de cartels mafieux, ce pays nous est déjà familier. Il est un décor idéal pour des aventures palpitantes.

Mystères historiques, dangers mortels à chaque page, drames inattendus et retrouvailles imprévues se succèdent à un rythme qui ne faiblit pas, notre âme adolescente se réjouit de ces 600 pages, la meilleure lecture du temps des vacances !

La Cité des hommes saints de Luis Montero Manglano, traduit de l’espagnol par Claude Bleton, 624 p., 24 € – 17,99 € en version numérique.

Luis Montero Manglano en espagnol : Los buscadores : 1 La mesa del rey Salomón / 2 La cadena el profeta / 3 La Ciudad de los Hombres Santos, ed. Plaza y Janés.

Luis Montero Manglano en français : La table du roi Salomon / L’oasis éternelle, éd. Actes Sud.

MOTS CLES : ROMAN ESPAGNOL / AVENTURES / HISTOIRE / FORET VIERGE / EDITIONS ACTES SUD.

MONTERO MANGLANO, Luis La cité es hommes saints