CHRONIQUES

Antón ARRUFAT

CUBA

Antón Arrufat est né à Santiago de Cuba en 1935, il vit à La Havane. Académicien, il est l’auteur de poésie, de théâtre, d’essais et de romans.

Fracture et autres histoires

Fractura y otras historias

2015 / 2022

Celui qui fréquente ou même ne connaît qu’un peu les histoires racontées par des Cubains sera probablement surpris par la retenue, le classicisme de ces nouvelles d’Antón Arrufat. Dans certaines, il se penche sur le sens d’unmot, nuance sa première idée, la compare avec une autre plus ancienne, avec un souvenir (Le coffre et la clé, aux résonances proustiennes).

Un autre étonnement, sûrement, sera la neutralité des narrateurs successifs (de l’auteur ?) par rapport au contexte dans lequel ils se meuvent. Peut-être est-ce la conséquence des relations pas toujours cordiales qu’il a entretenues, comme beaucoup d’autres créateurs cubains, avec le régime, il en parle librement dans l’interview qui suit les textes. Dans certaines nouvelles, on sait qu’on est à La Havane, à Santiago ou à l’île des Pins, une Cuba qui est hors du temps. Les allusions ou les citations ne manquent pas (Le Blanc, par exemple), une femme de lettres suédoise du XIXème siècle, André Gide ou l’Argentin Martínez Estrada (1895 – 1964), elles ne sont pas vraiment contemporaines et Antón Arrufat avoue au passage se sentir « quelque peu anachronique en notre temps ».

Ce qui frappe aussi dans la lecture de ces textes de longueur très variée (entre une demi-page et plus de cinquante), c’est l’extrême sobriété du style qui va parfois jusqu’à la sécheresse. C’est plus que rare à Cuba !

On peut donc souligner ce paradoxe : l’originalité d’Antón Arrufat, à travers ces dix récits réside dans son respect des règles européennes. La sensibilité est bien là, comme une vision distanciée mais critique d’une société encore très ancrée dans des traditions d’avant la Révolution. Antón Arrufat semble être resté en marge, bien qu’il ait été en butte à une certaine censure.

La présentation liminaire et l’interview finale sont un complément indispensable (Antón Arrufat n’est pas connu en France, cette publication corrigera ce manque). L’auteur accepte de se livrer, l’homme aussi, un petit peu dans un dialogue détendu et franc.

Fracture et autres histoires / Fractura y otras historias, édition et traduction (de l’espagnol (Cuba)) de Marc Sagaert, éd. L’Atinoir, 293 p., 15 €.

MOTS CLES : CUBA / LITTERATURE / SOCIETE / PSYCHOLOGIE / EDITIONS L’ATINOIR.

1 réflexion au sujet de “Antón ARRUFAT”

  1. Un immense merci, Christian. Je fais passer ça à Antón et à Marc. Je te citerai demain quand nous présenterons le livre. Amitiés Jacques

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s