CHRONIQUES

Michèle TEYSSEYRE

ARGENTINE / FRANCE

 

TEYSSEYRE, Michèle

Michèle Teysseyre est née à Toulouse où elle habite. Son intérêt pour l’Antiquité ou pour Venise à l’époque baroque l’ont conduite à publier des ouvrages en rapport avec ces sujets et à accompagner la création musicale qui les complète. Elle est également illustratrice.

 

Patagonie 

 

À la mort de son  père, la narratrice, en triant ses papiers, découvre une correspondance qui s’est amorcée au début du XXème siècle et s’est prolongée sur une vingtaine d’années, soigneusement rangée dans un cahier bleu intitulé Patagonie, correspondance signée par un certain Louis Capelle.

Tout commence avec un discret passage de frontière. L’homme, plus très jeune, pas riche du tout mais pas franchement pauvre, ne tient pas, de toute évidence, à être repéré. Il s’installe dans une modeste pension de Puigcerda, en Catalogne espagnole. On est en mars  1905. Louis Capelle s’embarque de Barcelone, pour l’autre bout du monde. Il a une quarantaine d’années, une mystérieuse dette l’a obligé à s‘éloigner de la terre natale, son honneur et celui de sa famille sont en cause.

Pendant des années, les lettres envoyées  d’Argentine sont le lien ente Louis et son frère Lucien. Mais on ne peut pas tout raconter, même à son frère : les humiliations, les misères banales et, pire encore, la misère… la narratrice le fait pour nous, elle bouche les trous, complète ce touchant récit d’une installation qui baigne dans l’espoir et qui cache la désespérance. Il y a aussi des trous que la narratrice ne pourra combler, quand par exemple il manque les lettres pendant une dizaine d’années : qu’imaginer sur l’absence de courrier, sur ce qu’a été la vie de l’exilé ?

Poussé par la misère, Louis tente de gagner la Terre promise, ou au moins la terre d’espoir, la Patagonie. En train, à pied, ce sont sept ans d’errance, d’une quête à demi consciente : il lui faut retrouver l’Italien qui a été le premier à l’accueillir sans rien lui demander à son arrivée à Buenos Aires. Lui, qui ne s’intéresse pas à l’histoire de ce pays qui n’est le sien que provisoirement, et encore moins à la politique, est doucement happé par les conflits sociaux de ces années qui ont précédé la Première Guerre mondiale, dont l’Argentine profiterait abondamment pour enrichir une partie de sa population.

On a rarement montré avec autant de délicatesse, de justesse aussi, un déracinement forcé : l’eldorado espéré n’existe évidemment pas, ce qui intéresse Michèle Teysseyre ce sont surtout les réactions de cet homme entre deux âges et ses liens à la fois ténus et solides avec son hameau français et ceux qui malgré tout se créent eux-mêmes dans ces nouveaux territoires si durs, si prometteurs.

Elle traite avec la  même délicatesse le mystère autour de la fuite de Louis et celui autour de ses rapports avec le reste de sa famille. Pour montrer l’évolution de Buenos Aires, de son port, de sa population à cette époque où naît la ville que nous connaissons, elle préfère l’évocation au réalisme direct, et elle a bien raison : on ressent ces changements et ils nous apparaissent évidents. La douce poésie de son style est à l’image du personnage principal, pour l’une comme pour lui, il est impossible de ne pas ressentir ce genre d’empathie qu’on peut éprouver pour le passant croisé quelques secondes, dont on sait qu’on partage avec lui l’essentiel.

On est à mille lieues de l’épopée, c’est la vraie Argentine qui vit sous nos yeux, la beauté des gens modestes qui, grâce à une Française, un siècle plus tard, peuvent acquérir le statut de héros de roman. Un héros, oui, parce que, discrètement, il a su tenir sa place, unique, entre la France et l’Argentine.

Patagonie de Michèle Teysseyre, éd. Serge Safran, 208 p., 17,90 €.

On peut commander le livre (e-book) sur le site de Serge Safran : sergesafranediteur.fr

Sa sortie en librairie est prévue le 19 juin.

MOTS CLES : ROMAN FRANÇAIS / ROMAN ARGENTIN / PSYCHOLOGIE / SOCIETES / HISTOIRE / POESIE / EDITIONS SERGE SAFRAN.

TEYSSEYRE, Michèle Patagonie

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s