CHRONIQUES

Irene VALLEJO

ESPAGNE

Docteure en philologie, Irene Vallejo est née à Saragosse en 1979. Outre ses articles, elle est l’auteure de romans et de récits pour enfants. El infinito en un junco a obtenu le Prix National d’Essai en 2020.

L’infini dans un roseau

2019 / 2021

Ce n’est pas un texte écrit par un ou une latino-américain(e), mais une œuvre tellement universelle qu’elle mérite un coup de projecteur : on peut sans exagérer le présenter comme le livre des livres, la Bible des lecteurs curieux (malheureux le lecteur qui ne l’est pas)! Quel terme pour qualifier cette pure merveille qu’est L’infini dans un roseau ?

Irene Vallejo, diplômée en philologie classique, est journaliste. Lectrice passionnée, elle a eu l’idée de faire partager cette passion à des milliers d’amateurs de livres, c’est à dire d’objets matériels remplis d’abstractions. Pari réussi : cet Infinito en un junco s’est vendu dans sa version originale à 300.000 exemplaires dans des pays réputés pour être peu portés sur la lecture ! Souvent best seller est synonyme de qualité médiocre, là c’est tout le contraire : le fond (les connaissances) est irréprochable, la forme (la façon de dire, de raconter) est extrêmement agréable.

Irene la conteuse nous transporte dans ce qui est de nos jours le Moyen Orient. C’est là que quelqu’un (quelques uns) a en tâtonnant imaginé un moyen de conserver les connaissances. Ces personnes, dont on ignore tout ou presque, nous leur sommes redevables de cet immense prodige qu’est un demi-kilo de papier couvert de signes qui renferme tout !

On va rencontrer, côtoyer, Alexandre, Cléopâtre et Lovecraft, André Maurois, Ovide et Rosa Montero, héros de récits étonnants, de drames et de comédies, on fera des incursions dans notre monde moderne, on se rendra compte qu’en pensant inventer un procédé «révolutionnaire, on ne fait que redécouvrir une technique très ancienne, on mettra notre nez dans l’entreprise Xerox qui, dès les années 1960, travaillait sur ce que serait le livre numérique et le PDF, pour revenir, avant notre ère et découvrir en détail la fabrication d’un papyrus.

Irene Vallejo est une conteuse merveilleuse. Elle pratique dans son récit la légèreté souvent pleine d’humour et une rigoureuse solidité des informations : tout ce qu’elle dit est avéré, même ce qui paraît invraisemblable, on le sait bien, la réalité dépasse souvent la fiction.

L’index des noms propres est parlant : au hasard, à la lettre S, Steven Spielberg est le voisin de Stendhal, Susan Sontag la voisine du marquis de Sade ou, à la lettre R, Paul Ricœur, Leni Riefenstahl et Santiago Roncagliolo sont proches de Rabelais !

Irene Vallejo est une bonne copine qui sait des tas de choses et qui nous les fait généreusement partager dans la bonne humeur. Ce sont 550 pages de pur plaisir, un genre de plaisir qui naît de la découverte, de l’intelligence. On serait bien inspirés d’imposer, oui d’imposer L’Infini dans un roseau dans les programmes scolaires !

L’infini dans un roseau, traduit de l’espagnol par Anne Plantagenet, éd. Les Belles Lettres, 559 p., 23,50 €.

Irene Vallejo en espagnol : El infinito en un junco, ed. Siruela.

MOTS CLES : ESPAGNE / MONDE / LITTERATURE / CULTURE / EDITIONS LES BELLES LETTRES.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s