V.O.

Guillermo MARTÍNEZ

ARGENTINE

 

martínez, guillermo

Guillermo Martínez est né dans la province de Buenos Aires, à Bahía Blanca, en 1962. Il mène en parallèle une carrière de mathématicien et d’écrivain, outre son intérêt pour les échecs et le tennis. Son roman Crímenes imperceptibles a été adapté avec un grand succès au cinéma par Alex de la Iglesia sous le titre Los crímenes de Oxford (Prix Planeta Argentina en 2003).  Il a également été primé pour Los crímenes de Alicia en 2019 (Prix Nadal, à Barcelone).

 

Los crímenes de Alicia

Quand on referme un roman d’Agatha Christie, on a souvent envie d’en attaquer un autre. On sait bien qu’on va trouver des ressemblances, qu’on ne sera pas vraiment dépaysé ni surpris par sa façon de faire avancer l’intrigue et que le plaisir sera ailleurs, mais qu’il sera bien là. Il se passe un peu la même chose avec Guillermo Martínez. On a lu ses Crímenes imperceptibles, rebaptisé Los crímenes de Oxford au cinéma, puis dans son édition espagnole (Mathématique du crime en français, éd. Robert Laffont). Se lancer dans ces Crímenes de Alicia, c’est se replonger dans les brumes pluvieuses d’Oxford, retrouver un certain nombre de personnages et affronter des crimes qui se succèdent dont le mystère doit être dévoilé par le jeune narrateur, étudiant argentin. Si on a aimé le premier, on aimera celui-ci.

L’Alicia du titre est celle de Lewis Carroll, celle du Pays des merveilles, assez différent de l’Angleterre de 1994 (sans Mrs. Thatcher, fort heureusement, elle avait quitté le pouvoir peu avant !). Des intellectuels travaillent sur une nouvelle édition du Journal de Carroll. Or, dans le manuscrit, au moment précis où il aurait pu être question d’un projet de mariage de l’écrivain-mathématicien avec une très jeune fille, une page a été arrachée. A-t-elle été retrouvée et soigneusement conservée en secret par une jeune boursière qui est brutalement renversée par une voiture et qui en restera infirme à vie ? Des membres d’une association culturelle dont le but est de promouvoir la publication de ce Journal pourraient-ils être suspectés de meurtre ?

Intrigue policière, littéraire aussi, les deux mystères sont liés. L’étudiant-narrateur, mathématicien comme les proches des victimes (et comme l’auteur), donc possible coupable, fait avancer son enquête en jonglant avec la logique scientifique et l’inspiration littéraire.

La jeune boursière est timide, discrète, silencieuse, c’est pourtant sur elle que tout repose, elle devient une espèce d’Alice moderne. Et le lecteur se laisse entrainer vers les rebondissements et les mystères policiers et psychologiques dont on sait qu’ils seront éclaircis avant le mot FIN !

Los crímenes de Alicia, ed. Destino, 333 p., 20,50 € PREMIO NADAL 2019.

Guillermo Martínez en espagnol : Los crímenes de Oxford / La muerte lenta de Luciana B. / Acerca de Roderer, Destino.

Gustavo Martínez en français : Mathématique du crime, / La mort lente de Luciana B. / La vérité sur Gustavo Roderer, Moi aussi j’ai eu une petite amie bisexuelle,  NiL.

MARTINEZ Guilermo Los crímenes de Alicia

MOTS CLES : ROMAN ARGENTIN / ROMAN POLICIER / LITTERATURE / EDITIONS NiL

 

ACTUALITE

Guillermo MARTÍNEZ

Guillermo Martínez gagne le Prix Nadal

 

Le jury du prestigieux Prix Nadal vient de rendre le verdict de sa soixante-quinzième édition: c’est l’Argentin Guillermo Martínez qui le remporte, avec le roman Los crímenes de Alicia, la suite de Los crímenes de Oxford, dont le premier titre (le titre argentin) était Crímenes imperceptibles, qui a été adapté au cinéma sous le titre Crimes à Oxford et traduit en français en 2004 sous le titre Mathématique du crime (NiL éditions).

Los crímenes de Alicia sortira en Espagne le 5 février prochain aux éditions Destino.

CHRONIQUES, ROMAN ARGENTIN

Guillermo MARTÍNEZ

ARGENTINE

 

martínez, guillermo

Guillermo Martínez est né dans la province de Buenos Aires, à Bahía Blanca, en 1962. Il mène en parallèle une carrière de mathématicien et d’écrivain, outre son intérêt pour les échecs et le tennis. Son roman Crímenes imperceptibles a été adapté avec un grand succès au cinéma par Alex de la Iglesia sous le titre Los crímenes de Oxford (Prix Planeta Argentina en 2003).  Il a également été primé pour Los crímenes de Alicia en 2019 (Prix Nadal, à Barcelone).

 

Moi aussi j’ai eu une petite amie bisexuelle

 2011/2014

Ça commence (un peu) comme du David Lodge, ça finit (un petit peu) comme du Vladimir Nabokov. Entre les deux, Guillermo Martínez, l’auteur de Mathématique du crime nous conduit dans une toute petite université nord-américaine dans laquelle s’installe pour six mois un professeur et écrivain argentin.

L’accueil est professionnel et chaleureux à la fois, mais les rivalités entre les enseignants mettent le nouvel arrivant dans une situation assez inconfortable. Le cours qui lui est assigné lui permet de les mettre ente parenthèses, au moins pendant qu’il travaille. D’autant que, parmi les étudiants se trouve une certaine Jennifer avec laquelle très vite il opère un rapprochement assez peu professionnel.

Notre Argentin découvre alors toutes les incohérences de la morale qui régit la vie quotidienne aux États-Unis : passer à l’acte, même très jeune, est courant, mais officiellement il faut le cacher tant que faire se peut et, si on sait quelque chose on n’en parle surtout pas. Quant à Jennifer, elle se révèle peu à peu, à l’image de cette morale, à la fois experte et d’une naïveté surprenante en matière de sexe.

L’histoire d’amour, assez banale, est pimentée par des moments intenses de partage sensuel et de découverte de soi et de l’autre.

Le roman, léger et d’une lecture facile, est un agréable divertissement non dénué d’idées.

 

Moi aussi j’ai eu une petite amie bisexuelle, traduit de l’espagnol (Argentine) par Eduardo Jiménez, NiL, 220 p., 18,50 €

Guillermo Martínez en espagnol : Los crímenes de Oxford / La muerte lenta de Luciana B. / Acerca de Roderer, Destino.

Gustavo Martínez en français : Mathématique du crime, / La mort lente de Luciana B. / La vérité sur Gustavo Roderer, NiL.

MOTS CLES : ROMAN ARGENTIN / HUMOUR / PSYCHOLOGIE / SOCIETE / EDITIONS NiL

 

martinez, guillermo moi aussi j'ai eu une petite amie bisexuelle

PUBLICATION ORIGINALE : www.espaces-latinos.org