CHRONIQUES

Juliana LEITE

BRÉSIL

Entre les mains

2018 / 2021

C’est un roman qui se mérite : paragraphes indépendants, peu ou pas d’explications, des indications semées, sur le présent et sur un passé peut-être assez récent. L’idéal serait, à la fin de la lecture, de la reprendre au début.

Au début, on se retrouve à l’hôpital. Elle vient d’être victime d’un accident et lutte contre la mort. Une voix nous informe des risques, des espoirs : oui, elle devrait s’en sortir. La voix en question ne cherche pas à nous informer, elle veut communiquer des sensations, celles des différents personnages autour de la femme accidentée.

Pendant que la santé de l’accidentée s’améliore peu à peu, les différents narrateurs nous mènent dans une agence bancaire, dans quelques salles de soins et jusqu’aux frigos de la morgue, rouges à lèvres compris, la morgue étant en rapport direct avec une naissance. Les personnages qui, à une exception près, ne sont pas nommés, tissent, comme l’accidentée le faisait dans sa vie active, un tableau éclaté de vies qui se croisent et se rejoignent.

Avec de la patience, beaucoup de patience, la même mise par la tisseuse pour achever son tapis ou pour recoller les minuscules détails brisés d’une statuette, le lecteur pourra reconstituer des fragments de cette convalescence vue par elle et ses proches. Cette évocation devient plus fluide en même temps que la conscience de la femme devient plus claire.

Je pense avoir compris ce qu’a voulu Juliana Leite : recréer l’esprit de la femme accidentée qui récupère peu à peu lucidité et activités, mais j’avoue n’avoir pas été capable d’adhérer à ces paragraphes illogiques (on sait pourquoi ils le sont) qu’il faut survoler en n’en comprenant que des bribes.

Entre les mains est un roman-expérience, aux deux sens du terme : expérience littéraire de l’auteure et expérience de vie de la protagoniste. Le (dieu) lecteur y reconnaitra ce qui lui revient.

Entre les mains, traduit du portugais (Brésil) par Anne-Claire Ronsin, éd. De l’Aube, 296 p., 21 €.

Juliana Leite en portugais : Entre as mãos,ed. Record.

MOTS CLES : BRÉSIL / PSYCHOLOGIE / SOCIETE / EDITIONS DE L’AUBE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s