V.O.

Perla SUEZ

ARGENTINE

Née en 1948 à Córdoba, Perla Suez a terminé des études de Lettres et de Cinéma en France, puis au Canada. Ses vingt premiers romans sont destinés aux enfants avant qu’elle s’adresse à un plus vaste public. Depuis 2000, elle a publié une dizaine de romans. El país del diablo a obtenu le Prix Rómulo Gallegos. Furia de invierno est son roman le plus récent.

Furia de invierno

2019

On rencontre des personnages en marge de notre réalité dans le roman le plus récent de Perla Suez, Prix Rómulo Gallegos 2020 pour El país del diablo. : un veuf désespéré par l’absence de la femme aimée qui se jette dans le Río de la Plata vêtu de sa robe, chaussé de ses hauts talons et maquillé comme elle aimait l’être, ou une adolescente entre deux hommes, les craignant, les aimant, les désirant, les rejetant, ou une maîtresse femme qui règne sur les trafics de la région, recrute les délinquants et élève sa petite fille. Furia de invierno est court, moins de 100 pages, mais d’une densité assez extraordinaire.

Luque, le personnage central, le fils du veuf, traumatisé par une enfance malheureuse, tendresse et dureté paternelles, séjours prolongés enfermé à clé par son père pendant des heures, il essaie de suivre le cours que lui impose la vie. Il a fui Buenos Aires et il fait passer des frontières à des cargaisons peu ou pas légales, quelque part à la frontière entre le Paraguay et le Brésil.

Il a fui l’Argentine et le Paraguay, carrefour au centre de plusieurs pays sera-t-il son but ou une étape ? Fuir… L’envie le reprend, mais qu’est-ce que fuir, si c’est pour devoir fuir encore ?

Furia de invierno est apparemment un roman noir : trafics de frontière, personnages troubles, adolescentes abusées, longs voyages en camion. Mais Perla Suez nous emmène beaucoup plus loin qu’une simple histoire de délinquants en fuite. Le passé de Luque imprègne son présent, il ne peut pas s’en détacher. Le style dépouillé de tout artifice de la romancière, un style d’une sécheresse voulue, fait ressortir de façon troublante pour le lecteur l’humanité de Luque, celle d’Isabel, la fille que se partagent deux hommes sous le regard de son père et qui n’est ni une victime, ni une dépravée, ou celle de la patronne qui décide de tout dans la région.

Les événements présents se passent dans une atmosphère un peu brumeuse alors que le passé de Luque lui apparaît bien plus nettement, ce qui rajoute encore à cette ambiance entre le mystère et le réalisme le plus cru : l’équilibre est parfaitement réussi.

Il est grand temps de découvrir en France l’œuvre narrative de Perla Suez !

Furia de invierno, ed. Edhasa, Barcelona, 96 p.

MOTS CLES : ARGENTINE / PSYCHOLOGIE / SOCIETE / EDICIONES EDHASA.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s