CHRONIQUES

Carlos SALEM

ARGENTINE – ESPAGNE

Né en 1959 à Buenos Aires, Carlos Salem vit à Madrid depuis 1989. Il est auteur de romans policiers et noirs, mais aussi de théâtre, de poésie et de bandes dessinées.

La dernière affaire de Johnny Bourbon

2016 / 2020

Rien de latino-américain dans ce nouveau roman de Carlos Salem, sinon l’origine (lointaine) de l’auteur, né à Buenos Aires, qui réside à Madrid depuis de nombreuses années. Mais une enquête policière pleine de rebondissements en plein Madrid ne fait pas de mal à un lecteur confiné !

Joaquín Latro Rapíñez (Latro, brigand en latin, ave de rapiña, rapace en espagnol), la victime (suicide ou assassinat ?) est un entrepreneur doublé d’un homme politique magouilleur et madrilène qui, grâce à sa discrétion, est parvenu à ne jamais être rattrapé par la justice. La version officielle de son décès est qu’il a mis fin à ses jours. Mais, très officieusement, un cadre de la Police nationale demande à Txema Arregui, le détective bien connu des lecteurs de Carlos Salem, de pouvoir pousser discrètement l’enquête.

Le privé a beau ressembler à tous ou presque tous les privés du monde, l’enquête a beau avancer à pas lents, ça marche ! On se promène au cœur du centre historique de Madrid dans lequel apparaissent quelques cadavres encore tièdes, Txema, proche de son cinquantième anniversaire, rumine de sombres pensées sur la vieillesse qui rôde et sur son avenir, un flic à la marge des procédures autorisées lui donne un coup de main et le roi émérite, vrai Bourbon (pas encore grillé, pas encore exilé en Arabie), n’intervient qu’à bon escient. La famille de la « victime » surprend enquêteur et lecteur, et le lecteur, lui, une fois lu le premier chapitre, ne peut lâcher la suite.

La jolie fille un peu mystérieuse ne manque pas à l’appel. Elle a les cheveux verts, a perdu sa chatte Patty et serait capable de tout pour la récupérer. Le roi émérite, Juanito comme l’appelle un peu familièrement Txema, devenu son assistant depuis un certain temps, se déguise en une espèce de Sherlock Holmes qui ne trompe pas grand monde. Il reste effacé, discret mais assez royal pour imposer sa stature physique et symbolique, malgré sa déplorable manie de parler un anglais artisanal.

Ça ne se prend pas au sérieux, là-dedans : un détective comme on n’en croise que dans les livres, un roi pas encore déchu bien que sur la touche, un chat perdu, une veuve audacieuse, quelques coups de feu parfois erratiques et des entorses au protocole officiel, avec en plus un brin de folie et de l’humour : tout est réuni pour une bonne lecture de détente.

La dernière affaire de Johnny Bourbon, traduit de l’espagnol par Judith Vernant, éd. Actes Sud (coll. Actes noirs), 224 p., 21 €, 15,99 € numérique.

Carlos Salem en espagnol : Sigo siendo el rey (emérito) de España. El último caso de Johnny Bourbon, ed. Navona.

MOTS CLES : ESPAGNE / ROMAN POLICIER / HUMOUR / SOCIETE / EDITIONS ACTES SUD.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s