CHRONIQUES

Lina MERUANE

CHILI / ETATS-UNIS

LIna Meruane est née à Santiago en 1970. Elle est professeure à New York, éditrice et auteure de nouvelles, d’essais et de romans.

Système nerveux

2018 /2020

Faut-il oser « endurcir » ses enfants en les encourageant à manger un morceau de nourriture tombé par terre, en les faisant s’embrasser quand l’un est grippé, ou vaut-il mieux passer les fruits au chlore, comme le préconise la bonne de la famille ? C’est un des dilemmes qu’aborde le nouveau roman de la Chilienne Lina Meruane. Le premier, Un regard de sang[1],  était centré sur les yeux et la vue, celui-ci élargit le problème au corps tout entier, aux corps pour être exact, car pour Elle (la narratrice) et ses proches, disparus ou vivants, la maladie est partout.

Elle prépare une thèse scientifique. Les troubles hypocondriaques qui la dévorent l’obligent – ou plus objectivement – la poussent à en interrompre la rédaction pour un temps. Peut-être consciente de son mal, elle rêve de mettre en bouteille la lumière des étoiles filantes, mais dans la réalité, ce sont des petits bouts d’ongle de son Père, des fragments de matière morte ou des cheveux de sa Mère qu’elle conserve dans de petits flacons.

Elle vit entre deux pays, entre deux époques aussi, elle enseigne à des étudiants qui s’ennuient. Son Père, médecin  généraliste passionné par l’image d’un cerveau découpé, pourrait bien être à l’origine de ce mal dont Elle souffre, cela est sans importance, l’espèce de plaisir morbide de fouiller les maux divers qui l’assaillent, ses propres maux, et de les comparer avec ceux des autres, est devenu son occupation principale. Elle ne connaît qu’une seule exception au défilé de gens souffrants autour d’elle, c’est Lui, avec qui Elle vit depuis des années et qui refuse toute visite chez le médecin, n’en éprouvant pas le besoin.

Lina Meruane ne cherche pas à séduire un lecteur qui passe d’une chimio à un examen IRM, elle le plonge dans la tête de cette patiente dont on ne voit pas par quelque miracle elle pourrait un jour sortir de tout cela. Et elle le fait très bien, Lina Meruane : une personne en bonne santé découvre les chemins de croix de celles et ceux qui vivent dans la maladie, pour la maladie.

Le métier de Lui, le conjoint, consiste à dater au carbone 14 des ossements extraits des fosses enterrées plus ou moins anciennes, ce qui le confronte aux disparus d’une dictature passée ou à des immigrants dont on a perdu la trace. Il le fait dans l’espoir de pouvoir faire cesser la violence officielle. Elle et Lui vivent tout de même dans un monde matériel, rencontres, vie de couple,  parents un peu critiques qui observent, Lui dans ce passé daté au carbone 14, Elle dans l’infini des planètes et des trous noirs, le sujet de sa thèse.

Quant à sa famille restée dans son pays lointain – et son époque –, elle n’incite guère à la joie, un Père médecin qui ne cesse de pronostiquer de futurs décès, un Aîné avec lequel elle ne s’entend pas et des jumeaux sur lesquels on ne compte plus les fractures tant elle sont nombreuses, on comprend l’état de marasme de la narratrice.

La construction est impeccable, le style irréprochable, voilà un roman techniquement réussi qui demande au lecteur une lecture détachée s’il veut éviter le trou noir qu’Elle étudie. Et vous, prenez soin de vous !

Système nerveux, traduit de l’espagnol (Chili) par Serge Mestre, éd. Grasset, 334 p., 24 €.

Lina Meruane en espagnol : Sistema nervioso / Sangre en el ojo / Contra los hijos / Volverse Palestina, ed. Literatura Random House.

Lina Meruane en français : Un regard de sang, éd. Grasset.


[1] Chronique sur AnnA.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s