CHRONIQUES

Thierry CLERMONT

FRANCE / CUBA

CLERMONT, Thierry

Né en 1966, Thierry Clermont est poète, journaliste et critique musical.

 

Barroco bordello

2020

Cuba, dans les années 1920 – 1930, est un des points de rencontre favori des créateurs venus du Nord, du Sud de l’Amérique ou d’Europe. Le charme tropical est là, la mode est aux couleurs et aux rythmes venus des Caraïbes, la sensualité ambiante est une des raisons, pas toujours raisonnables, de l’attirance des poètes, des peintres et des musiciens.

On l’a un peu oublié, cet entre-deux guerres a été une période d’échanges intellectuels unique dans l’histoire de la création. Le Russe Stravinsky créait ses ballets à Paris, Federico García Lorca parlait de théâtre et de poésie devant des salles pleines dans une longue tournée entre l’Argentine et les États-Unis et rencontrait Serge Prokofiev pendant sa halte cubaine, on pourrait multiplier les exemples.

Autour des années 2000, Thierry Clermont, journaliste et poète français, amoureux de La Havane, parcourt ses places et ses rues, fait des rencontres pour rechercher, en amateur éclairé, des traces des séjours qu’y fit Robert Desnos en 1928. Au jour le jour, il évoque les figures cubaines inévitables, Alejo Carpentier, José Lezama Lima, Nicolás Guillén, d’autres bien moins connus, comme le peintre Pascin, qui s’est suicidé à Paris en 1930.

Une Havane moribonde, crasseuse, souvent obscène, qui conserve pourtant une réelle beauté, une noblesse blessée, une dignité populaire, existe sous nos yeux, dans nos oreilles aussi (que serait Cuba sans la musique ?), avec partout des odeurs de fleurs tropicales, quand e n’est pas des odeurs corporelles, tout cela vit d’une vie que rien ne peut éteindre. On mange des bananes salées, on boit du rhum, on se frotte contre des inconnus en écoutant des orchestres improvisés : celui dont un seul des cinq sens serait déficient est à plaindre à Cuba !

Thierry Clermont n’offre pas que des informations, un autre de ses cadeaux est sa façon de dire, du réalisme évidemment, et aussi de la pure poésie qui n’imite pas celle de Desnos ou de Lorca mais qui les rappelle parfois, quand il évoque l’humidité mouvante du Malecón ou un jeu de lumière sur une maison coloniale de la ville.

Quelle luxueuse manière d’apprendre une foule de choses autour de la littérature occidentale du XXème siècle, de découvrir des noms et des poèmes, tout en se promenant dans les rues d’une des villes les plus attachantes ! Thierry Clermont donne la sensation que, à La Havane comme dans son livre inclassable, la vie est un roman.

Barroco bordello de Thierry Clermont, éd. Le Seuil (collection Fiction & Cie.), 240 p., 19 €.

MOTS CLES : ROMAN FRANÇAIS / LITTERATURE / CULTURE / POESIE ° EDITIONS LE SEUIL.

 

CLERMONT, Thierry Barroco bordello

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s