CHRONIQUES

Alberto MANGUEL

ARGENTINE

MANGUEL, Albeto

Né en 1948 à Buenos Aires, Alberto Manguel a passé sa jeunesse en Israël où son père était ambassadeur, puis a vécu dans plusieurs parties du monde. Journaliste, romancier, essayiste, critique littéraire, son oeuvre publiée est très copieuse, dans des genres différents. Il vit actuellement à New York.

 

Monstres fabuleux 

2019 / 2020

On connaît depuis longtemps la gigantesque culture littéraire d’Alberto Manguel. On s’est régalé de ses commentaires, de ses réactions personnelles devant tel roman immortel ou telle publication moins universellement connue, de ses opinions souvent tranchées (il sait de quoi il parle) mais jamais écrasante pour son lecteur lambda. Il n’est pas de ceux qui disent ou, ce qui est bien pire, qui suggèrent qu’ils savent tout et qui assènent leur vérité indiscutable.

En s’en prenant cette fois à ces monstres fabuleux, il se promène parmi les héroïnes et les héros d’œuvres de tous les temps et de tous les continents. Le monstre, rappelle-t-il à propos de la Chimère, est « le prodige, l’anomalie, l’être insolite, la chose inattendue, ce qu’on voit rarement ou jamais ».

Ce n’est pas un cours qu’il nous donne, c’est,  je le répète, une promenade détendue à travers ce qui peut être lu, légende, conte, roman, tradition. Certains monstres nous sont familiers, d’autres nous sont seulement connus de nom ou pas connus du tout. Notre guide s’offre une liberté totale de choix et de jugement (le grand-père de Heidi est-il vraiment un monstre ?), mais il nous laisse cette même liberté.

On n’est pas obligé de tout lire, de lire dans l’ordre ni même d’être toujours d’accord (Don Juan seulement présenté comme un séducteur, comme un collectionneur, sans aucune allusion à sa nature libertaire…). On aura à chaque fois, pour chacun de ces 38 portraits, l’impression d’une découverte décontractée, avec, pour chacun d’eux, en prime, une caricature dessinée par Alberto Manguel, autre vision personnelle du personnage.

Parfois le « portrait du monstre » est un simple résumé de l’œuvre d’origine, œuvre littéraire ou texte sacré, parfois un commentaire savant et multiple à partir ou autour de l’œuvre, parfois une occasion pour Alberto Manguel de mêler situations littéraires et intellectuelles pour créer un éblouissant feu d’artifice d’idées.

Actes Sud profite de la sortie de ces Monstres fabuleux pour publier en version poche (collection Babel essai) De la curiosité (première édition en 2015, en anglais comme en traduction), vaste essai autobiographique sur les bienfaits pour tout un chacun de la découverte universelle, dont la Divine Comédie  est l’axe central. Les centaines de noms cités donnent une idée de cette richesse. Cette réflexion donne une envie frénétique d’ouverture.

Monstres fabuleux d’Alberto Manguel, traduit de l’anglais (Canada) par Christine  Le Bœuf, éd. Actes Sud, 288 p., 22,50 € / 16,99 €, version numérique.

De la curiosité d’Alberto Manguel, traduit de l’anglais (Canada) par Christine Le Bœuf, éd. Actes Sud (Essai Babel n° 1677), 528 p., 10,80 €.

MOTS CLES : ROMAN ARGENTIN / LITTERATURE / CULTURE / EDITIONS ACTES SUD.

MANGUEL, Alberto Monstres fabuleux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s