CHRONIQUES

Clarice LISPECTOR

BRÉSIL

Née en Ukraine en 1920, elle vit au Brésil depuis l’âge de deux ans. Sa famille s’installe à Rio après quelques années de déplacements à l’intérieur du pays. Elle suit son mari, diplomate, avant de divorcer et de revenir à Rio où elle exercera le métier de traductrice et de journaliste tout en écrivant romans et nouvelles. Elle meurt en 1977.

LISPECTOR, Clarice.jpg

 

Lettres près du cœur : la correspondance entre Clarice Lispector et Fernando Sabino .

 

Deux grands écrivains, deux amis proches éloignés par la vie, pendant plus de vingt ans, Clarice et Fernando échangent des lettres tour à tour amicales et professionnelles. Les éditions des femmes – Antoinette Fouque, qui  ont déjà édité la quasi intégralité des œuvres de Clarice Lispector proposent cette correspondance que Fernando Sabino avait voulu rendre publique.

Fernando Sabino (1923-2004), auteur de plusieurs dizaines de romans et de nouvelles, avait rencontré Clarice en 1945, était née alors, immédiatement, une amitié intellectuelle qui a duré jusqu’à la mort de Clarice. Clarice Lispector (1920-1972), d’origine ukrainienne est l’un des auteurs brésiliens le plus importants du XXème siècle. Au cœur de la vie littéraire brésilienne, elle a suivi son mari diplomate dans diverses villes d’Europe ou aux États-Unis, mais a toujours gardé le contact avec ses amis brésiliens.

De quoi peuvent se parler deux écrivains brésiliens, deux amis proches, quand ils sont séparés par des milliers de kilomètres ? De leurs tracas quotidiens, des soucis ou des joies de leurs connaissances communes, de leur « métier » aussi. Qu’il est difficile d’écrire, d’écrire précisément ce qu’on veut faire ressentir au lecteur : elle lui confesse qu’elle est « malheureuse de nature et un peu détraquée ». Il lui répond par l’image du funambule seul sur sa corde, mort d’angoisse, mais qui imprime sur son visage un « faux sourire de sérénité ».

C’est loin d’être une correspondance suivie, il y a souvent des lettres sans réponse, des trous de six mois ou plus entre deux messages. L’amitié entre les deux semble n’en être que plus solide.

L’intérêt d’une telle lecture est double, d’abord bien sûr « universitaire » : quel régal pour un chercheur, que de suivre la création d’un roman, les hésitations, les corrections, le soulagement d’avoir mis le point final ! Mais pour un non-spécialiste, reste le plaisir de découvrir un homme et une femme, tous deux romanciers, dans leur intimité souvent prosaïque et de voir se dessiner peu à peu, indirectement, des failles, des timidités ou des traits d’orgueil, très inconscients, mais qu’une phrase laisse apparaître chez l’un ou chez l’autre.

On assiste par exemple à un long échange d’impressions, des critiques amicales de Fernando, de propositions puis d’explications de Clarice, au moment où elle remet à son éditeur brésilien le manuscrit de ce qui paraîtra en français sous le titre de Le bâtisseur de ruines. Peut-être ardu pour un lecteur extérieur, passionnant pour qui se pose les questions essentielles sur le phénomène de la création littéraire.

Ils se parlent aussi beaucoup de littérature, brésilienne surtout (on a là une véritable encyclopédie des auteurs de ce début de la deuxième moitié du XXème  siècle), mais aussi européenne. On croise même furtivement l’Albertine de Proust, la véritable (enfin, le véritable).

Les traducteurs ayant eu l’excellente idée d’ajouter à cette correspondance le plus souvent déjà riche en elle-même, des notes biographiques d’une bonne quarantaine de figures importantes des lettres brésiliennes.

Lettres près du cœur de Clarice Lispector et Fernando Sabino, traduit du portugais (Brésil), préfacé et annoté par Claudia Poncioni et Didier Lamaison, éditions Des femmes  Antoinette Fouque, 224 p., 16 €.

 

lispector-sabino-lettres-pres-du-coeur-250x389

PUBLICATION ORIGINALE : www.espaces-latinos.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s