CHRONIQUES, ROMAN ARGENTIN

Ana María SHUA

ARGENTINE

Ana Maria Shua

Photo : Silvio Fabrykant

Ana María Shua est née à Buenos Aires en 1951. Elle a passé plusieurs années exilée en France pendant la dictature militaire argentine. Elle a publié des œuvres de genres très variés, récits pour la jeunesse, romans, poèmes, elle apprécie particulièrement la microfiction. Elle est également scénariste.

Contes du monde

2008 / 2018

Avez-vous jamais eu envie de goûter un peu de viande de nzangamuyo? Mieux vaut ne pas essayer, même si on doit à l’animal la création des montagnes et des rivières. On fait de jolies rencontres dans ces contes, girafes, lions, araignées, des hommes aussi, forts ou misérables, les forts étant souvent des misérables qui tentent de le cacher et vice-versa (ah, le lièvre qui triomphe du rhinocéros et de l’hippopotame réunis !).

Ce sont des mythes fondateurs ou des fables morales, Ana María Shua fait bien ressortir la variété de ces récits aussi bien faits pour être dits que lus. Sa contribution, précisément, a été de les mettre sous une forme écrite (et bien écrite), qui puisse être lue à haute voix, et ainsi comme racontés aux enfants et aux adultes. On imagine facilement, en lisant un conte togolais ou une légende nordique, une assemblée d’Africains ou d’Islandais assis par terre, les yeux et les oreilles grand ouverts !

Chaque civilisation apporte sa propre vision de la vie humaine. Nous le savons, bien sûr, mais quel plaisir simple et profond, de le redécouvrir sous une forme aussi pure: les Inuits qui souffrent du manque de lumière, les Shuars à la recherche du feu… Ce que tous partagent est la survie: tous ou presque souffrent : la faim, la cruauté de la nature ou des autres humains, la mort. Et ce dont parlent tous ces contes, merveilleux, réalistes ou fantastiques, c’est de sentiments très humains, vengeance, jalousie ou force de l’amitié et de luttes pour améliorer un peu ses conditions de vie, ou tout simplement pour survivre alors que tout, frères humains, nature ou dieux, sont contre nous.

Contes du monde, traduit de l’espagnol par Mila Christel Bathurt, préface de Jean-Yves Loude, édition bilingue, éd. Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 536 p., 16 €.

En espagnol : Cuentos del mundo , ed. Anaya, Madrid, 2008.

MOTS CLES : ROMAN ARGENTIN / SOCIETE / PSYCHOLOGIE / REALISME MAGIQUE / EDITIONS PUL

SHUA, Ana María Contes du monde

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s