ROMAN CUBAIN

Eduardo MANET

CUBA / FRANCE

IMG_1852

Eduardo Manet est né à Santiago de Cuba en 1930. Après des études à La Havane, il est nommé Directeur du Théâtre à Cuba après la Révolution, avant de s’installer en France dès 1968. Homme de théâtre, romancier, il a publié une vingtaine de romans dont plusieurs ont obtenu des prix importants.

Les trois frères Castro

2010

Tout commence par des retrouvailles dans un quartier de La Havane, celles de José Antonio Montes, ex-officier du ministère de l’Intérieur avec Salvador Ferrer, l’ex-président du comité de défense du Cerro, son quartier. José Antonio est venu, après des années d’absence, lui annoncer la mort de Fidel Castro.

Eduardo Manet aborde dans cet ambitieux roman tout le XXème siècle cubain, à partir de l’arrivée sur l’île d’un Aragonais en 1907, c’est-à-dire peu après l’indépendance. Le père de Salvador Ferrer était entré au service de la famille Castro, avait été le contemporain des sept enfants et s’était lié d’amitié avec les garçons, en particulier avec l’aîné, Ramón, le moins connu des trois. Fidel, tout jeune déjà, était une vraie terreur, aux dire des voisins, ce qui motiva son « placement » dans une école de frères maristes réputée pour la qualité des études mais aussi pour sa discipline.

Ainsi commence la saga des trois frères Castro. Il faut dire qu’Eduardo Manet les a connus, il a même fait une partie de ses études avec Raúl. Malgré son départ de Cuba en 1968 (il n’a pu y retourner qu’en 2014), il a su garder un regard distancié sur toute la période castriste, ne tombant jamais dans une caricature fréquente (dans un sens ou dans l’autre) de ce régime qui a provoqué haine et enthousiasme.

C’est précisément la grande réussite de ce roman : en racontant ces trois destins à la fois très humains et légendaires, Eduardo Manet fait découvrir presque un siècle de l’histoire d’un pays qui a été mêlé de près à l’histoire mondiale. Là aussi la distance prise par le narrateur est idéale : les deux personnages principaux, José Antonio et Salvador, après avoir été proches idéologiquement du pouvoir, ont douloureusement déchanté sans pour autant tout rejeter en bloc. La Révolution a beaucoup apporté aux habitants de l’île, surtout aux plus méprisés, mais le pouvoir est ce qu’il est, et, on peut en dire autant de l’être humain, Fidel et ses deux frères étaient des êtres humains…

Il est rare qu’un roman historique parvienne à rester aussi juste, aussi équilibré entre ses deux niveaux, l’histoire et les personnes. C’est le cas ici. La tâche n’était pas aisée, Eduardo Manet l’a réussie à la perfection.

Les trois frères Castro, éd. Écriture, 255 p., 18,95 €.

MOTS CLES : ROMAN CUBAIN / HISTOIRE / SOCIETE / EDITIONS ECRITURE

download

Souvenir :

20150406_141710

1 réflexion au sujet de “Eduardo MANET”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s