ROMAN ARGENTIN

Claudia PIÑEIRO

ARGENTINE

 

 

Claudia Piñeiro est née dans la Grande Buenos Aires en 1960. Après avoir exercé pendant plusieurs années la profession de comptable, elle se consacre à la littérature. Elle est l’auteure de pièces de théâtre, d’ouvrages pour la jeunesse, de romans souvent adaptés au cinéma.

Elena et le roi détrôné

 2007/2011

Une vieille femme atteinte de la maladie de Parkinson, Elena. Sa fille Rita vient de mourir, pendue dans le clocher de l’église voisine qu’elle fréquentait. Pour Elena, pas question de penser à un éventuel suicide, même si tout concorde, sauf un motif vraisemblable. Poussée par une énergie dont elle ne se croyait pas capable, elle décide de traverser la ville pour rencontrer une inconnue croisée vingt ans auparavant dans des circonstances dramatiques. Tout se déroule dans l’espace de quelques heures, rythmées par la prise du médicament qui permet à Elena de tenir debout et d’avancer, vaille que vaille à travers une ville sinon hostile, du moins indifférente. Le parcours en métro ressemble à une véritable lutte pour la vie, comme toutes les actions de la malheureuse. Malheureuse, mais vivante, tout de même. Vivante mais souffrante. Souffrante mais souvent implacable par rapport aux autres, proches ou inconnus.

Les souvenirs qui occupent son esprit la montrent dans une guerre perpétuelle envers sa fille, qui elle aussi tente d’imposer son pouvoir sur une mère diminuée qui ne lui a jamais rendu la vie facile, qui aurait même tendance à aller de plus en plus loin dans ses brimades, puisque c’est tout ce qui lui reste pour conserver un peu d’autorité. Le fiancé que Rita a fini par se trouver sur le tard bien évidemment ne peut pas plaire à Elena, en plus il est bossu… Elle, ce n’est pas la nature qui l’a courbée, mais bien la maladie et la vieillesse. Pourtant il demeure un certain sentiment entre les deux femmes, amour ? Tendresse ? Sentiment d’égalité face au sort, face à la solitude, face à la mesquinerie de leur vie de chaque jour ? L’auteure se garde bien de nous l’expliquer, et elle a bien raison, elle nous laisse présumer, et surtout elle nous invite à ressentir ce qu’Elena vit au quotidien, autant dire que ce n’est pas confortable pour le lecteur, mais toute lecture doit-elle être confortable ?

Les questions posées par ce roman très beau, très sombre et très fort sont nombreuses : en quoi consiste le bonheur ? Quel rôle la famille joue-t-elle dans l’équilibre de la personne ? Faut-il absolument que, quand deux personnes vivent ensemble, il y en ait une pour écraser l’autre ? Que peut faire un être vivant devant une maladie qui ne peut qu’empirer ? Que peut-il faire quand, diminué par les ans et un corps qui ne répond plus, il se retrouve absolument seul ? Malgré la noirceur de ces sujets, il ne s’agit pas d’un livre complètement démoralisant, on voit, au-delà de tout, cette femme qui trouve encore l’énergie de lutter, même si c’est pour être encore une fois (la dernière ?) cruelle, cette fois avec une presque inconnue.

Claudia Piñeiro ne veut donner aucune leçon, elle met son talent au service de la description, une description sans aucune concession, et son talent est tel qu’elle rend naturelle cette cruauté quotidienne des petites méchancetés qui font des vies ratées, il n’y a aucune morale (aux deux sens du terme) dans ce livre, seulement un constat, terrible et désabusé, pas désespéré : la réalité peut être cela.

 

Elena et le roi détrôné, traduit de l’espagnol (Argentine) par Claude Bleton, éditions Actes Sud, 172 p., 19€.

Elena Piñeiro en français : Les veuves du jeudi, Actes Sud, 2009.

Elena Piñeiro en espagnol : Elena sabe, ed. Agea Aguikar, Buenos Aires /Las viudas delos jueves, Alfaguara, Madrid.

 

MOTS CLES : ROMAN ARGENTIN / PSYCHOLOGIE.

PIÑEIRO, Claudia Elena et le roi détrôné

PUBLICATION ORIGINALE : http://www.espaces-latinos.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s