ROMAN MEXICAIN

Patricia RODRÍGUEZ

MEXIQUE

RODRIGUEZ, Paticia

 

 

Patricia Rodríguez est née à Mexico. Après des études de Médecine elle devient psychiatre, elle enseigne à l’UNAM de Mexico, en parallèle elle publie romans et nouvelles et elle donne des consultations d’astrologie.

À la recherche de l’utérus perdu

2001 / 2006

Entre 1962 et 1985, ce sont les aventures de Camila, ex-étudiante en médecine et de quelques uns de ses camarades, le riche Enrico et l’ambitieux Janus. Dans le présent, Janus vient de mourir (pour Enrico c’est déjà fait) et sa veuve peu éplorée vend tout ce qui lui appartenait, vêtements et sous-vêtements compris. Camila est intéressée par une série de revues professionnelles. Sa visite à la maison du défunt la plonge dans un flot de souvenirs doux-amers.

Et voilà que la veuve, une élégante fausse blonde étatsunienne se met à lui faire des confidences : Janus et Enrico n’étaient pas les médecins irréprochables que projetait leur image, ils se livraient dans leur clinique privée à des recherches audacieuses autour de la greffe réputée impossible de l’utérus, avec quelques avortements illégaux pour faire tourner la boutique.

Or les papiers achetés par Camila peuvent du coup avoir une toute autre valeur que celle qu’elle prévoyait. Ils intéressent également Adélaïde, la veuve d’Enrico, qui autrefois fut homme, s’appelait Burt et avait tout fait après sa transformation pour tomber enceinte.

Mélo ou récit de science fiction, tout est léger et profond, blagues de carabin et réflexion sur les « progrès » scientifiques.

Le rêve de devenir femme quand on est un homme (pourquoi diable, se demande Camila, vouloir ainsi renoncer à ses privilèges de macho ?), la possibilité médicale de réussir la délicate mutation, aller encore plus loin (rappelons que si, plusieurs années après la publication du roman cela devient une éventualité envisageable, la greffe de l’utérus était à l’époque radicalement impossible), pouvoir aller jusqu’à vivre une grossesse, voilà ce que Patricia Rodríguez imagine en ajoutant ce qui devient vite une enquête policière sur ce qu’ont tramé les deux anciens camarades devenus apprentis sorciers.

L’humour un peu vache est partout dans cette histoire menée tambour battant qui ne néglige jamais la part de réflexion sur les dérives d’une science tiraillée entre le désir de se surpasser, d’aller toujours plus loin et une éthique de plus ne plus facilement malmenée. Et quel suspense, qui s’achève d’une façon qu’on peut sans exagérer qualifier de géniale !

À la recherche de l’utérus perdu, traduit de l’espagnol (Mexique) par Nelly Lhermillier, éd. Des femmes-Antoinette Fouque, 204 p., 20 €.

En espagnol : En busca el útero  perdido, ed. Norma Ediciones, México.

MOTS CLES : ROMANMEXICAIN / PSYCHOLOGIE / SOCIETE / HUMOUR.

rodriguez-patricia-a-la-recherche-de-l-uterus-perdu

Souvenir :

RODRIGUEZ, Patricia (2).jpg

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s