ROMAN MEXICAIN

Juan Pablo VILLALOBOS

MEXIQUE

 

IMG_0239

Juan Pablo Villalobos est né dans l’État de Jalisco en 1973. Après des études de marketing et de littérature il publie son premier roman qui obtient un succès international. Il est également critique et traducteur.

 

Dans le terrier du lapin blanc

2010/2011

 Tochtli est un petit garçon qui vit dans une grande demeure (un palais ?) quelque part au Mexique. Il est très seul. Seul de son âge, car la demeure est pleine de gens, serviteurs, « amis » de passage qui viennent parler avec son père et dont la plupart portent de curieux noms aux consonances aztèques. Il n’avouera jamais qu’il s’ennuie, et pourtant… Une de ses occupations préférées est de lire le dictionnaire et d’apprendre des mots difficiles, comme « pathétique » ou « foudroyant » par exemple. Il en truffera son récit. Son rêve du moment est de posséder un hippopotame nain du Libéria.

Entre sa Playstation et les leçons que lui donne un précepteur plutôt laxiste, il observe et raconte ce qu’il voit, avec son langage de petit garçon un peu précieux, apparemment un peu trop sûr de lui, dont les doutes percent tout de même sous les affirmations péremptoires. L’absence de sa mère, morte, la présence épisodique mais pleine de tendresse de son père, la fréquentation de domestiques muets nous plongent dans un monde extrêmement surprenant, surtout quand l’enfant nous parle avec un détachement assez effrayant de la violence qui surgit régulièrement, de cadavres démembrés et de la façon avec laquelle on est tenu de réagir, même si on n’a qu’une dizaine d’années.

Ce premier roman de Juan Pablo Villalobos (né en 1973) est une vraie révélation : en une petite centaine de pages, il traite de sujets très graves avec un ton faussement naïf qui donne une force extraordinaire à ses idées, le ton de Tochtli, un enfant qui n’est plus tout à fait un enfant bien qu’il tienne à garder ses rêves et même qu’il parvienne à les réaliser : il aura bien son hippopotame, même si… ! La brièveté est une des principales qualités de ce roman, dans lequel tout est concentré, surtout l’humour, omniprésent, glaçant.

Un conseil, cependant : surtout ne pas lire la quatrième de couverture, qui, trop explicite, fait perdre une bonne part du plaisir de la découverte…

 

Dans le terrier du lapin blanc, traduit de l’espagnol (Mexique) par Claude Bleton, éd. Actes Sud, 106 p., 12,80€

Juan Pablo Villalobos en espagnol : Fiesta en la madriguera, Anagrama, Barcelone.

MOTS CLES : ROMAN MEXICAIN / ROMANCIERS MEXICAINS / CORRUPTION / NARCOTRAFIQUANTS.

 

dans ole terrier blanc

Souvenir :

Juan Pablo Villalobos

PUBLICATION ORIGINALE : http://www.espaces-latinos.org

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s